food wallpaper

Introduction à la nutrition

26 février, 2018

A table ! En entrée je vous propose une vue très générale de la nutrition accompagnée de définitions, chiffre clefs et facteurs environnementaux & génétique qui modulent notre alimentation.

flavor wheel

Evolution du concept

L'Etat est garant de l'intérêt public et de l'amélioration de l'état sanitaire de la population. Son intervention est restée discrète jusqu'à la fin de la première guerre mondiale puis s'est nettement affirmée et diversifiée depuis 1945.

Pour résumé, l'Etat :

  • Assume la prise en charge des problèmes généraux de Santé Publique (prévention collective, veille sanitaire, lutte contre l'alcoolisme etc.)
  • Exerce sa tutelle sur les Agences Régionales de Santé
  • Veille à l'équilibre des modalités de financement ( Cf. Sécurité Sociale)

Depuis 1996, il est de la compétence du Parlement de fixer chaque année les objectifs de dépenses en adoptant les Lois de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS).

Des structures d'appui au niveau national vont progressivement émergées, avec la création de plusieurs organismes ayant des compétences dans des domaines spécifique. L'Etat y est toujours représenté, en assure la tutelle et en définissant leurs missions. Ces organismes ont des formes juridiques variées (agence, comité d'expert, association etc.)

Concernant la nutrition, l'agence nationales française chargée de la sécurité sanitaire est majoritairement représentée par l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). C'est un établissement public d'évaluation des risques de l'alimentation, de l'environnement et du travail; elle met en œuvre une expertise scientifique indépendante et pluraliste.

L'ANSES a pour mission de :

  • Réaliser l'évaluation des risques et les fournir aux autorités compétentes
  • Fournir une expertise et un appui scientifique et technique nécessaires à l'élaboration des dispositions législatives et réglementaires
  • Faire des recommandations pour préserver la santé publique

Les pays développés, qu'on pourrait aussi appeler "populations repues", sont de plus en plus exigeant au regard de leur alimentation et leurs besoins ne cessent d'augmenter. On passe alors d’une époque de protection de la santé à une époque de préconisation, d’optimisation des fonctions normales de l’organisme. Le but des organismes de santé se transforme en réduction du risque d’apparition de maladies à composantes nutritionnelles démontrées (ex : syndrome métabolique, obésité, diabète de type II etc.)

Chiffres clefs

  • DIABÈTE : D'après la FFD (Fédération Française des Diabétiques), entre 2000 et 2009, le nombre de personnes diabétiques par rapport à l’ensemble de la population ( = taux de prévalence) n'a cessé d’augmenter. Il a même progressé plus vite que prévu. En 2009, on estimait à plus de 3,5 millions le nombre de diabétique, des chiffres attendus normalement pour 2016. Comme causes principales du diabète : surpoids, obésité, mauvaise alimentation, sédentarité et faible activité physique.
  • OBÉSITÉ : **En France 6,5 millions de personnes sont considérées comme obèses (soit **14,5% de la population adulte). La proportion des personnes obèses est passée de 8.5% à 14,5% entre 1997 et 2009. Ceci concerne toutes les tranches d'âge de la population, y compris les seniors. Cependant, celle-ci semble plus importante chez les femmes (15,1%) que chez les hommes (13,9%). (Source : "Enquête épidémiologique ObEpi - Roche 2009")

Avant d'aborder le cœur de notre sujet qu'est la Nutrition, il est nécessaire de définir précisément les termes de ce domaine. Leur définition vous permettra d'en comprendre concrètement leur fonction et de discerner les abus de langages couramment employés par les médias : "aliments nutritifs", "aliment diététique" késako !

Définition

  • La nutrition : science qui analyse la relation entre la nourriture et la santé. Fonction de la nutrition = fonction physiologique nécessaire à la métabolisation des nutriments pour la croissance de l’homme, le bon fonctionnement et maintien de l’organisme.
  • La diététique : pratique qui s'intéresse à l’alimentation équilibrée. Elle intègre une dimension culturelle liée aux pratiques alimentaires.
  • La métabolisation : transformation d'une substance dans un organisme vivant. Par exemple, lorsque je mange de la viande, les protéines animales qui la constitue, sont ingérées puis digérées par mon corps pour se transformer en unités plus petites qui sont les acides aminées.
  • Les aliments : corps chimique ou mélange, absorbé, métabolisé à des fins énergétiques structurels et de synthèse.
  • Les nutriments : Corps chimique absorbé et métabolisé par les cellules ; On y trouve les macronutriments (glucide, lipide, acide aminé) et les micronutriments (vitamines et minéraux). Parmi eux, certains sont** essentiels** (ex : glucose) mais que le corps sait synthétiser soi-même à partir d’autre nutriment. D'autres nutriments sont indispensables (non synthétisé ou bien en quantité insuffisante) et doivent être apportés par l’alimentation.

null

Pourquoi la relation entre la nourriture et la santé diffère telle entre les individus ?

Facteur de prédisposition

Nous sommes tous des êtes humains avec une organisation similaire dont le patrimoine génétique diffère.

Le patrimoine génétique ?

Nos cellules (unité essentielle de tout organisme vivant) sont constituées de noyau. Dans ce noyau est contenu notre ADN. L'ADN contient toute l'information génétique (appelée génome) permettant le développement, le fonctionnement et la reproduction des êtres vivants. Il s’organise sous forme de chromosome

Par Eukaryote DNA.svg: SponkDerivative work: Bob Saint Clar (talk) — https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Eukaryote_DNA.svg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=39115041

Ainsi, il existe des populations avec des profils génétiques à risque. Ces populations peuvent être plus sensibles à certains facteurs environnementaux (ex : tabac, alcool, régime salé etc.). Nous noterons ici un dilemme majeur pour les organisations de santé, à faire valoir des recommandations alimentaires répondants à la population générale au détriment de ces populations particulières.

En effet, ces organisations publiques sous l'ordre de l'Etat doivent mettre en oeuvre toutes les mesures tendant à assurer la plus grande égalité possible des citoyens face à la maladie, à améliorer la qualité des soins et à promouvoir globalement la Santé Publique.


Partagez cet article: